Thé Blanc de Chine

Le thé blanc dont la couleur " pure " du thé à peine façonné par l'homme. Considéré comme le plus rare et précieux des thés et le plus coûteux est de nos jours accessible dans le monde entier.

La Chine est le berceau du thé blanc et plus principalement de la province du Fujian ; une belle région de montagne du sud est de la Chine, dont les côtes font face à l'île de Taïwan.

Les thés produit, sont des thés d'exceptions qui étaient autrefois réservés à l'Empereur et à sa cour et ont alimentés bien des légendes ; dont l'une raconte que de jeunes vierges munies de gants blancs et de ciseaux en or récoltaient au printemps les fameux bourgeons...

A partir d'une même variété de théier, le Bai Daï " Le Grand Blanc " , le Fujian produit deux grands thés blanc fameux qui se distinguent selon le type de cueillette et de fabrication.

* Le premier, le Yin Zhen, le plus cher, le plus rare et le plus fin est réalisé à partir du seul bourgeon terminal duveteux de la plante et cueilli avec toute la délicatesse requise.

* Le second, le Pai Mu Tan, dont les feuilles et les bourgeons sont particulièrement veloutés. Pour sa réalisation, on récolte le bourgeon terminal ainsi que les deux premières feuilles.

Quelques soit le nom donné et la nature de la récolte, le thé blanc est très peu transformé, et donc de ce fait peu manipulé. Proche de l'état naturel et très peu oxydé, il ne nécessite que deux opérations, le flétrissage et la dessiccation.

* Le flétrissage des bourgeons doit être effectué entre 48h et 60h, traditionnellement il était effectué à l'air libre sur des plateaux de bambou disposé au soleil. A aujourd'hui, par mesure de commodité il s'opère dans des pièces dont on contrôle la température et donc de se fait l'hydrométrie.

* La dessiccation est effectuée dans des séchoirs à air chaud entre 100°/120° pendant une quinzaine de minutes.

Pour finir le thé est trié à la main et emballé.

Filtres actifs